Le kaffir:

kaffiringredients

Le combava, ou citrus hystrix, est un arbre exotique dont le zeste des fruits relève les plats pimentés, les feuilles servent à agrémenter les condiments. Quant au jus, on l’utilise pour préparer une boisson désaltérante; ce n’est pas pour rien que le citron et lui sont cousins germains! Il a vraiment une place de roi dans la cuisine asiatique mais il a son petit coté… féminin: au Laos, mélangé à l’eau de rinçage, il rend les cheveux brillants et parfumés ! Et les malais disent que le kaffir fortifie le …mais ils ne m’ont pas dit quoi !


Le galanga:

galangaingredients

Grâce à la cuisine Khmou, on est sûr de bien manger tout en se soignant bien. Prenons par exemple le galanga, un rhizome, cousin par voisinage du gingembre. S’il épice agréablement vos currys et autres préparations, il agit aussi comme anti-inflammatoire, il aide la digestion et parait-il… affole Aphrodite!


Le glutamate:

glutamateingredients

L’un de ses petits noms est ; E620 (cela va en vérité du E620 au E625 ), exhausteur efficace de goût, il contient trois fois moins de sodium que le sel. Il stimule aussi l’appétit.
On a associé le glutamate au ” syndrome du restaurant chinois”…Ce sont des bêtises ! Dans ce cas, parlons du syndrome de l’asperge, de la coquille saint-Jacques ou de la tomate ! Ces aliments contiennent un fort taux de glutamate et personne ne s’est plainte d’avoir des bouffées de chaleur, des migraines, des nausées, des vomissements…D’ailleurs, une étude réalisée par quatre universités américaines prouve que cette idée est sans fondement et seul l’effet placébo serait en cause ! Utilisez ce condiment sans crainte ! Et vous ferez des heureux inattendus ; le glutamate est aussi utilisé par vos neurones pour communiquer…Et ce sont de sacrés bavards !


La coriandre:

coriandreingredients

Les feuilles de coriandre sont des aromates, soit ! La chaleur détériore ses arômes, aussi faudra-t-il les réserver pour le final… Dedans, Il y a de la provitamine A (bon pour les yeux et la peau), de la vitamine K (bon pour les os); tout le monde le sait ! Mais… que fait-on des graines et des racines? Les graines sont du « clan » des épices. Elles diminuent les mauvaises graisses ; Notre journaliste a interviewé le gang des triglycérides.qui lui a avoué ;” – La coriandre?… Notre pire ennemi !” Ce n’est pas tout ; elles augmentent les taux de cholestérol-HDL ; celui-là va décoller la graisse des vaisseaux sanguins pour les apporter au foie qui s’en débarrasse aussitôt. Merci HDL !
Depuis que je le sais, je mets des graines partout ; dans l’huile de friture, dans mes yoghourts… partout! En plus, dans les légumineuses, les graines facilitent la disgestion . Les racines, pilées avec du poivre et de l’ail, servent de condiment de base, très apprécié en Thaïlande. Fibreuse, il faudra bien la piler …ou la hacher finement. Attention aux doigts, ça pourrait faire mal!


Le nuoc-mam :

nuocmam

C’est une préparation longue et exigeant de l’expérience. Dans un tonneau, on mélange des petits poissons de la famille des culpéidés, du sel en bonnes proportion. Ce mélange fermentera pendant trois jours.Le délai expiré, on recueuille une solution salée aqueuse. Puis vient le pressage du mélange jusqu’à l’obtention d’une pate compacte. qui sera couverte de ladite solution salée Une attente de prés d’un an sera nécessaire pour recueillir le nuoc nuc; une sauce trop salée et ne servant qu’aux coupages ! Quant au nuoc mam, il est obtenu par le lessivage des cuves avec de l’eau de mer à laquelle on a ajouté du sel; on ne doit trouver dans la sauce qu’entre 200 et 240 grammes de sel par litre; un impératif pour que soit reconnu la qualité de la sauce! Bref, il vaut mieux l’acheter que le faire soi-même ! Quand vous achèterez du nuoc mam , vérifiez qu’il y ait sur l’étiquette le mot; « nhi » ! Cela prouvera que la bouteille contient un produit de qualité. SI vous arrivez à déchiffrer le lieu de sa fabrication vous vous assurerez d’une expérience inégalée lors de l’élaboration de la sauce ; Phu Quoc et Phan Thiet sont les deux villes vietnamiennes réputées pour leurs excellentes productions.


L’ail:

ail

Pasteur fut le premier à lister les propriétés étonnantes de l’ail :
Ce condiment est un antibiotique naturel, un antifongique efficace et un stimulant de nos défenses immunitaires. Il peut même servir d’antiseptique externe. Il fluidifie le sang, ce qui entraine mécaniquement une baisse de la tension. Il dilate les capillaires pulmonaires, améliorant ainsi la ventilation. Il fait baisser le taux de cholestérol, réduit les kystes lipidiques des artères et protège celles-ci de toute lésion. « – Je dois tant à l’ail ! » peut dire les pancréas des grands consommateurs d’ail ! En effet l’ail fait baisser le taux de sucre dans le sang. Si vous en manquez(de sucre), évitez donc d’en prendre trop! Si vous êtes fatigué à me lire, je vous dirais ; prenez donc de l’ail ! C’était le stéroïde des soldats grecs et romains de l’antiquité! Toutes ces propriétés ne sont accessibles qu’avec une consommation journalière de 4 à 6 caïeux ; cela fait beaucoup mais il faut choisir entre une vie saine mais monacale parce que votre haleine fera fuir tous vos proches ou une vie carpe diem, les doigts dans la graisse. La chaleur détruit toutes les vertus de l’ail, aussi jetez-les dans le plat 20 minutes avant la fin de cuisson.
Voici pour conclure, quelques astuces (j’avoue que j’y ai inclus d’autres propriétés, en douce, de peur d’exagérer…) Contre les diarrhées, croquez un à deux caïeux d’ails. L’ail frais se conserve dans un endroit sec à température ambiante, sinon il germe. On peut le conserver dans l’huile à la condition d’y ajouter impérativement un agent de conservation. En infusion, c’est un très bon vermifuge. Il peut modifier le gout du lait maternel. Enduit d’ails, vous ferez fuir les serpents…..et les indésirables!


La ciboulette:

ciboulette

La ciboulette est de l’ordre des alliacées, comme l’ail ou l’oignons. Elle fait aussi parti de l’ordre des fines herbes. Elle peut tout accommoder ; salades, courts-bouillons, pommes de terre, omelettes, etc… Ses fleurs sont comestibles et peuvent fleurir vos salades ou vos potages sans en outrager leurs saveurs. Macérées un mois dans le vinaigre lui donneront leur arôme et leur couleur. En Asie, les tiges florales peuvent aussi se consommer, à condition de bien les choisir et de bien les préparer. Pour éviter que l’arome de la ciboulette ne s’étiole, ajoutez-la en fin de cuisson. Quant à la conservation, pendant au maximum une semaine elle se tient correctement dans le frigidaire ; ce n’est pas elle qui fera du désordre dans votre frigo! Source de vitamines K, elle permet au calcium de se fixer sur les os ; idéale donc pour les enfants en pleine croissance. On a constaté que les gros consommateurs d’alliacées avaient moins de risque de développer un cancer de l’estomac, de l’œsophage et de la prostate que ceux qui en mangeait seulement une fois par mois. Je n’ai pas vérifié par moi-même mais aux vus des études faites, je veux bien le croire!
On a constaté que les gros consommateurs d’omelettes à la ciboulette avaient moins de risque à rendre une assiette encore pleine que ceux qui n’en mangeait pas. Ca je l’ai vérifié moi -même! Merci et à bientôt!


Le gingembre :

gingembre

Les radicaux libres ne sont pas tous inutiles ou agressifs pour les cellules puisque celles-ci en fabriquent pour assurer des fonctions physiologiques précises et vitales.
Mais d’autres radicaux, dits hydroxyles, sont les plus dangereux ; ils provoquent le vieillissement prématurés des cellules, certains cancers et des maladies cardio-vasculaires.
Heureusement….. qu’il y a les antioxydant qui, en se combinant avec ces saletés, les neutralisent !
Voilà pourquoi je vous parle du gingembre ; il en possède plus de 40; un vrai prédateur à radicaux, une bête à concours….
Et le meilleur est à venir.
Certaines molécules ont été mises en cause dans le développement de la maladie d’Alzheimer…eh bien…..le gingembre déshydraté contient des composés réduisant leur nocivité ! Ce sont les shoagols.
Pour terminer, voici trois astuces :
– Pour garder les rhizomes indéfiniment ; mettez les dans un bocal et couvrez-les soit de xérès soit d’eau de vie puis posez le bocal dans le frigidaire…
– Faites infuser du gingembre puis réservez le dans le frigidaire. Allongé d’eau minérale il fera une excellente boisson désaltérante.
– Demandez à un spécialiste du gingembre la carte des crus; provenant de Jamaïque, il sert surtout aux cocktails, l’indien est vendu généralement déshydraté, l’australien sert à la confiserie, le nigérien ou celui du sierra-leone sont transformés en aromes culinaires, en essences de parfumerie ou utilisés en médecine traditionnelle (digestion, arthrite, nausées).

Bref,il se configue à toutes les formes.

×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up